Est. June 12th 2009 / Desde 12 de Junho de 2009

A daily stopover, where Time is written. A blog of Todo o Tempo do Mundo © / All a World on Time © universe. Apeadeiro onde o Tempo se escreve, diariamente. Um blog do universo Todo o Tempo do Mundo © All a World on Time ©)

domingo, 13 de novembro de 2016

Fórum de Alta Relojoaria analisa futuro a médio e longo prazo

O oitavo Fórum da Alta Relojoaria, realizado recentemente em Lausanne, Suíça, foi dedicado ao actual ambiente de profundas transformações à escala global. Economistas, políticos e académicos participaram no encontro. O futuro não será, nunca, como o prevemos hoje; e o futuro será aquilo que decidirmos fazer agora, no presente.

O comunicado, em inglês:

Geneva, November 10th 2016 – The Forum de la Haute Horlogerie was created in 2008 with the aim of offering a day of reflection on major issues raised by the evolution of our economies and our societies. In the course of its eight editions, the Fondation de la Haute Horlogerie (FHH), organizer of the event, has invited authorities from the industry to come and share an interlude set apart from the immediate daily contingencies of the profession. Driven by a mission to promote Fine Watchmaking on a global scale, the FHH has always geared its activity firmly towards the future. The same applies to this Forum that adopts a resolutely prospective approach and draws on the experience of leading figures from the political, economic and academic arenas.

The theme selected for this 8th edition was “Age of Transitions”. It is indeed impossible to ignore the early 21st century forces at work which raise a number of question marks about our futures. These include queries relating to technological progress, doubts regarding political issues, as well as skepticism of existing growth models… The world’s evolution has possibly never been so ambivalent: on the one hand heralding great promise in terms of life sciences, yet filled with dangers notably stemming from the great divide caused by inequalities. As expressed in the brief summaries of the various talks provided below, the Forum voiced these concerns affecting the entire planet and already influencing our daily lives.

• The United States

Jean-Eric Branaa, Author and specialist in American socio-political issues

In one night, Jean-Eric Braana experienced a series of storm waves upending his forecast that Hillary Clinton would win the American presidential elections. “One can above all see Donald Trump’s success as a rejection of his adversary, or even a rejection of the establishment” he commented. “While these arguments are a valid means of explaining his victory, they do not take account of what one might be tempted to cover up: massive adherence to the Republic candidates despite all his excesses.

Adherence to a ‘normal’ man rather than a political super-champion. Will he prove capable, as he has pledged, of being the president of all Americans and uniting a profoundly divided and wounded nation? One thing is for sure; we find ourselves plunged back into a 50 yearold breed of conservatism, while clinging to the hope that American institutions will lead Donald Trump to govern from the center.”

• Europe

Hubert Védrine, Former French Minister of Foreign Affairs

For Hubert Védrine, the election of Donald Trump stems from the rise of populism, such as we are also seeing in Europe. But rather than lamenting the result, it is vital to analyze its causes. “In my opinion, it is due to the fact that populations feel abandoned, misled and despised. Globalization has not delivered on its promises for the middle classes of a country with a strong social pact. The real problem is therefore people dissociating themselves. What does Europe have to offer them, apart from legislation on the size of cucumbers or shower heads? In the absence of a real political project, we are witnessing electoral insurrection such as in the United States. To remedy this, I see no solutions other than a surgical implementation of the principle of subsidiarity, organized around fundamental objectives for Europe that must include both security and sovereignty.”

• The Middle East

Gilles Kepel, Author and specialist on modern Islam and the contemporary Arab world

In referring to Donald Trump’s victory, Gilles Kepel spoke of a “tectonic shift” in the way the world is organized – a change one can also observe in the Middle East. “Petrodollars long served to stabilize a region that was living on an apparently inexhaustible source of revenue. But with oil prices tumbling and the cards being reshuffled as far as energy is concerned, the region has lapsed into chaos since the Arab Spring. A chaos that is also affecting Europe, as we have seen with the refugee crisis, and against which a Donald Trump is seen in his country as a rampart. The result is that on this side of the Atlantic we are experiencing a third-generation iteration of jihadism that is driving the rise of the far right. This polarization is indeed what one may rightly call a crisis of civilization”.

• Prospective 2038

Virginie Raisson, Geopolitical and foresight analyst

In a rapidly accelerating world, there are in fact only two things of which we can be sure: “The first is that the future will not happen as foreseen” says Virginie Raisson, “and the second is that it will depend on the choices we are making now. So there is no point in waiting before taking action.”

The researcher cited several examples within the global economy relating to essential resources that are destined to become increasingly rare: water, the source of life, as well as cocoa beans, sand which is indispensable to constructions, most species of fish that are victims of intensive fishing, and even work. “We are already experiencing this transition now, which is why we must look for solutions. And one of them that is becoming increasingly clear consists of doing better with less, or in other words, participatory economics.”

• How digital transforms business

Gerd Leonhard, Futurologist

“Data – along with the intelligence required to use it – are the new oil” says Gerd Leonhard. One need only take a look at which conglomerates post the biggest capitalization figures on the planet – with names such as Apple, Google or Facebook – to grasp that technology is driving the world. And technology is experiencing exponential growth which means that everything that can be digitized and automated, will be. The corollary of this evolution is that connectivity is a must. Artificial intelligence is becoming a reality that will lead to cognitive information technology. In a nutshell, machines will be able to perform all routine tasks across all sectors. This will lead to a future that will definitely not be an extension of the present, requiring that we define new relationships between man and machine, while ensuring that the former does not attempt to resemble the latter.

• How digital transforms business

Michael Wade, Professor of innovation and strategy, IMD

Between technology with its exponential development and corporate organization which struggles to keep pace, there is a gap that companies tend to try and fill by excessive digitalization of systems and procedures. Michel Wade warns that if digital is used, it should mainly target improvement of performance. And achieving that is not about merely relying on a strategy of digitalizing tasks. An organization’s adaptability and responsiveness are far better assets, especially if they aim to offer goods and services closely tailored to expectations. “Offering a customer a digital experience is meaningless in itself, even if it is drastically personalized” he explained. “On the other hand, it is far more valuable if it demonstrates a high degree of relevance.”

• Transitions and challenges in the watch industry

Cyrille Vigneron, CEO Cartier

“How to modernize classical music? Definitely not by introducing rap segments”. For Cyrille Vigneron, Cartier is in a similar situation. It is a mature luxury brand sought after for models that, in some cases, date back several decades.

A brand that must avoid succumbing to the temptation of the cult of youth, but which must nonetheless catch the attention of younger generations. One of the keys naturally lies in the distribution network, where physical and virtual presence play complementary roles, but in a cleverly balanced blend that is yet to be found.

Olivier Audemars, Vice Chairman of the Board, Audemars Piguet

How is Audemars Piguet faring well in the current economic climate? “It’s because we have taken decisions in the past that are now bearing fruit” reports Olivier Audemars. “These include streamlining the sales network, limiting production capacities and moderate deployment in China. At the start of the decade, we also asked ourselves who we truly were. The answer can be summed up in just a few words: watchmakers producing complex mechanical instruments that speak to the heart before telling the time.”

Maximilian Büsser, Owner and creative director, MB&F

The MB&F model consists of creating mechanical sculptures that display time. And so as not to put a curb on a degree of creativity that stands out in the watchmaking world, the Maison has for the past few years put a ceiling on its turnover as well as the number of units it produces per year. “It’s true that I can’t offer my staff a career plan, nor year-on-year salary increases” explains Maximilian Büsser. “But I can offer them pride in a job well done by taking part in a slightly ‘crazy’ horological adventure, as well as an eminently pleasant environment.” A formula that definitely attracts certain unconditional fans.

The videos of the speakers’ interviews are available on the below link:

8th Forum de la Haute Horlogerie “Age of Transitions” IMD, Lausanne November 9th 2016 More information available on

O comunicado, em francês:

Genève, le 10 novembre 2016 – Le Forum de la Haute Horlogerie a vu le jour en 2008 avec comme objectif de proposer une journée de réflexion sur les grandes questions que pose l’évolution de nos économies et de nos sociétés. Au fil de ces huit éditions, la Fondation de la Haute Horlogerie (FHH), organisateur de l’événement, a ainsi convié les instances dirigeantes de la profession à venir partager ces quelques moments hors des contingences immédiates du métier. Avec pour mission de promouvoir la Haute Horlogerie dans le monde, la FHH a toujours orienté son action vers l’avenir. Il en va de même avec ce Forum, qui adopte une démarche résolument prospective et s’enrichit de l’expérience de personnalités venues des mondes politique, économique et académique.

Pour cette 8e édition, le thème retenu était celui du « Temps des Mutations ». Il était impossible pendant cette journée, programmée le lendemain de l’élection américaine, d’ignorer les forces à l’œuvre en ce début de XXIe siècle qui posent nombre d’interrogations quant à notre avenir. Interrogations quant aux progrès technologiques, questionnements sur les enjeux politiques, mise en doute des modèles de croissance… Jamais peut-être l’évolution du monde n’a été si ambivalente : porteuse des plus belles promesses si l’on songe aux sciences de la vie, mais également chargée de dangers si l’on considère le seul fossé des inégalités. Ce Forum, dont voici en résumé les différentes interventions, s’est fait l’écho de cette problématique qui touche l’ensemble de la planète et influence déjà notre vie au quotidien.

• Les États-Unis

Jean-Eric Branaa, Auteur et spécialiste des questions politiques et sociales américaines En une nuit, Jean-Eric Branaa a vécu autant d’ouragans que de résultats contraires à ses prévisions qui voyaient Hillary Clinton remporter les élections présidentielles américaines. « On peut surtout voir dans le succès de Donald Trump un rejet de son adversaire, voire un rejet de l’establishment, commentait-il. Des arguments qui sont certes valables pour expliquer sa victoire mais qui ne rendent pas compte de ce qui l’on serait volontiers tenter de masquer : une adhésion massive au candidat républicain malgré tous ses excès. Une adhésion finalement à un homme « normal » et non à un super champion politique.

Pourra-t-il, comme il l’a promis, être le président de tous les Américains et unifier un pays profondément divisé et blessé ? Une chose est sûre, nous voilà plongé dans un conservatisme datant d’il y a 50 ans avec l’espoir que les institutions américaines amèneront Donald Trump à gouverner au centre. »

• L’Europe

Hubert Védrine, Ancien ministre des Affaires étrangères français

Pour Hubert Védrine, l’élection de Donald Trump est le résultat, comme en Europe, d’une montée des populismes. Mais plutôt que de se lamenter, il est impératif d’en analyser les causes. « A mon avis, cela tient au fait que les populations se sentent abandonnées, trompées et méprisées. Les promesses de la mondialisation ne se sont pas concrétisées pour les classes moyennes des pays à fort pacte social. Le vrai problème, c’est donc le décrochage des peuples. Or qu’est-ce que l’Europe a à leur offrir, si ce n’est une législation sur la taille des concombres ou des pommeaux de douche ? Faute de projet politique, nous assistons à une insurrection électorale comme aux Etats-Unis. Pour y remédier, je ne vois pas d’autres solutions qu’une opération chirurgicale de subsidiarité autour d’objectifs fondamentaux pour l’Europe dont la sécurité et la souveraineté font partie. »

• Le Moyen-Orient

Gilles Kepel, Auteur et spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain

En se référant à la victoire de Donald Trump, Gilles Kepel parle de l’expression d’un « changement tectonique » dans l’organisation du monde. Changement que l’on peut également observer au Moyen-Orient. « Longtemps, les pétrodollars ont permis de stabiliser la région qui vivait sur une rente, rappelait-il. Mais depuis que les prix du baril ont chuté et que les cartes sont en train d’être redistribuées au niveau énergétique, la région a sombré dans le chaos suite au Printemps arabe. Un chaos qui n’épargne pas l’Europe, comme on a pu le voir avec la crise des réfugiés, et contre lequel un Donald Trump a été perçu dans son pays comme un rempart. Résultat, nous vivons sur le Vieux continent un djihadisme de troisième génération qui provoque la montée de l’extrême droite. Cette polarisation est bien ce que l’on peut appeler une crise de civilisation. »

• Prospective 2038

Virginie Raisson, Chercheuse en géopolitique prospective

Dans un monde en pleine accélération, il n’y a finalement que deux certitudes auxquelles se raccrocher. « La première est que le futur ne se déroulera pas comme prévu, exposait Virginie Raisson. Et la deuxième, que le futur naîtra des choix que nous faisons maintenant. Rien ne sert donc d’attendre. »

Et la chercheuse de prendre des exemples dans l’économie mondiale se rapportant à des ressources essentielles dont la rareté est d’ores et déjà programmée : l’eau source de vie, mais aussi les fèves de cacao, le sable indispensable aux constructions, la plupart des espèces de poissons victimes de la pêche intensive ou encore le travail. « Cette transition, nous la vivons aujourd’hui déjà. Raison pour laquelle nous devons imaginer des solutions. Et l’une d’entre elles qui prend des contours de plus en plus précis est celle qui consiste à faire mieux avec moins, en un mot l’économie participative. »

• Les technologies qui vont changer notre vie

Gerd Leonhard, Futurologue

« Le nouveau pétrole, ce sont les données et l’intelligence, ce qui les rend exploitables, annonçait Gerd Leonhard. Il suffit de voir quelles sont les plus grosses capitalisations de la planète, Apple, Google et autre Facebook, pour comprendre que c’est la technologie qui mène le monde. Or la technologie connait une croissance exponentielle qui fait que tout ce qui pourra être numérisé et automatisé dans le futur le sera et à un rythme que l’on peine encore à imaginer. Corollaire de cette évolution, sans connectivité point de salut. L’intelligence artificielle entre en jeu qui va déboucher sur une informatique cognitive. En un mot, les machines pourront faire tout ce qui relève des tâches routinières, dans tous les secteurs. Cette évolution, qui dessine un futur qui ne sera assurément pas une extension de notre présent, exige de définir de nouveaux rapports entre l’homme et la machine, en sachant que toute identification est à proscrire. »

• L’influence numérique sur le monde des affaires

Michael Wade, Professeur innovation et stratégie IMD

Entre la technologie, dont l’évolution est exponentielle, et l’organisation des entreprises qui peine à suivre le tempo, il se crée un vide que l’on aurait tendance à vouloir combler par une numérisation à outrance des systèmes et procédures. Attention, avertit Michael Wade, si numérisation il y a, elle doit viser essentiellement à l’amélioration des performances. Et pour y parvenir, pas question de vouloir simplement reposer sur une stratégie consistant à numériser les tâches. La souplesse et la réactivité d’une organisation sont de bien meilleurs atouts, surtout si elles visent à offrir des biens et services qui correspondent aux attentes avec un haut niveau d’adéquation. « Une expérience client numérique n’a pas de sens en soi, même si elle est personnalisée à outrance, rapportait-il. En revanche, elle a beaucoup plus de valeur si elle a un haut niveau de pertinence. »

• Mutations et défis dans le secteur horloger

Cyrille Vigneron, CEO Cartier

« Comment moderniser la musique classique. En tout cas pas en y introduisant des interludes de rap. » Pour Cyrille Vigneron, Cartier est dans le même cas de figure. Il s’agit d’une marque de luxe adulte, recherchée pour des modèles qui, pour certains, datent de plusieurs décennies. Une marque qui aurait tort de céder aux sirènes du jeunisme mais se doit d’attirer l’attention des jeunes générations. Une des clés se trouvent évidemment dans la distribution où présence physique et virtuelle ont une complémentarité à jouer, mais dans un savant dosage encore à trouver.

Olivier Audemars, Vice-président du Conseil d’Administration Audemars Piguet

Comment Audemars Piguet tire son épingle du jeu dans l’environnement actuelle. « C’est parce que nous avons pris des décisions qui portent aujourd’hui leurs fruits, rapportait Olivier Audemars. Parmi elles, la réduction du réseau de vente, une limitation des capacités de production, un déploiement raisonnable en Chine. Au début de la décennie, nous nous sommes demandé qui nous étions réellement. Or la réponse tient en peu de mots : des horlogers qui produisent des instruments mécaniques complexes qui parlent au cœur avant de donner l’heure. »

Maximilian Büsser, Propriétaire et Directeur créatif MB&F

Le modèle de MB&F consiste à réaliser des sculptures mécaniques qui donnent l’heure. Et pour ne pas brider une créativité qui se singularise dans l’univers horloger, la Maison a depuis quelques années fait plafonner son chiffre d’affaires ainsi que le nombre de pièces qu’elle produit par an. « C’est vrai, je ne peux pas offrir de plan de carrière à mes collaborateurs, ni d’augmentation salariales année après année, expliquait Maximilian Büsser. Mais je peux leur offrir la fierté du travail accompli en participant à une aventure horlogère un peu « dingue » et un environnement éminemment sympathique. » Une formule qui a ses inconditionnels.

Les interviews des intervenants sont disponibles en vidéo sur le lien suivant :

Sem comentários: